CCAC Provincial Boundary Map

RECHERCHE PAR CODE POSTAL

Pour trouver votre région, entrez votre code postal.

Rechercher




Évaluation et rétablissement

« Betty » ne peut pas redresser sa colonne vertébrale à cause d'une ancienne blessure au dos et elle se sert d'un vieux cadre de marche pour se déplacer dans son appartement. Il lui arrive de tomber une ou deux fois par semaine.

« Joan » a de la difficulté à assurer les soins nécessaires à son fils atteint de spina bifida. Elle ne peut plus le soulever de son lit ou le mettre au lit, ni l'aider à prendre sa douche en toute sécurité.

« David » veut conserver son autonomie, mais il a de la difficulté à franchir l'escalier devant la porte d'entrée de son domicile. Il n'y a pas de main courante en place et il a très peur de débouler dans l'escalier.

Toutes ces anecdotes ont un dénouement heureux grâce au programme Évaluation et rétablissement du CASC du Nord-Est. Financé à titre de projet pilote pour deux ans, ce programme aide à fournir l'équipement ou les rénovations nécessaires pour permettre aux personnes à mobilité réduite de continuer d'habiter chez elles et de conserver leur autonomie aussi longtemps que possible.

Souvent, les petits changements produisent les plus grands résultats. Par exemple, il suffit d'installer des barres d'appui autour de la baignoire et d'éliminer les carpettes pour prévenir une chute regrettable. L'installation d'un monte-escalier menant à une chambre à coucher à l'étage peut permettre à une personne âgée de demeurer chez elle. Un fauteuil releveur peut éviter des efforts excessifs lorsqu'on aide un être cher à s'asseoir ou à se mettre debout. Plusieurs de ces pièces d'équipement peuvent même réduire la fréquence des visites du personnel du CASC. Par exemple, une douche à siège peut assurer une plus grande autonomie en facilitant les soins d'hygiène personnelle. En favorisant la mobilité, les pièces d'équipement de ce genre aide plusieurs patients à reprendre des forces et améliorer leur santé par l'exercice et le mouvement.

Les avantages ne se limitent pas aux bienfaits physiques, comme en témoigne l'ergothérapeute Nathan Laakso : « Plus d'une fois, j'ai vu des patients pleurer de joie pendant ce processus. J'ai connu un client qui ne quittait plus son domicile sans assistance depuis des années. Parce qu'il ne pouvait pas quitter sa maison, il ne pouvait pas obtenir un fauteuil roulant, donc il était confiné à son sofa. Depuis que ce client a obtenu une rampe à l'entrée de sa maison et un fauteuil roulant, sa vie a grandement changé. Malgré ses limites physiques et fonctionnelles, il sent qu'il a une nouvelle perspective sur la vie. Je suis très heureux d'avoir pu jouer un rôle dans son histoire. »

Le programme Évaluation et rétablissement a vu le jour grâce à une véritable collaboration. Le personnel de coordination des soins du CASC a travaillé de près avec les thérapeutes internes et externes pour encourager les recommandations de cas partout dans le Nord-Est ontarien. Les demandes d'accès au programme ne devaient pas nécessairement provenir de clients du CASC, mais le financement était soumis à une date limite, le 31 mars 2015.

« Notre équipe a travaillé très fort pour mener les évaluations, commander l'équipement et le faire livrer. Nous avons aussi gentiment poussé les entrepreneurs à terminer les travaux dans les meilleurs délais », dit Mary Tasz, directrice des services cliniques. « Plusieurs personnes dans la communauté y ont consacré de grands efforts et nous aurions aimé pouvoir en faire encore plus. Le financement disponible ne nous a pas permis de répondre à toutes les demandes, ce qui démontre vraiment que le besoin existe. Le moment venu, nous serons prêts à recommencer. »

Quant aux dénouements heureux, voici quelques échos des thérapeutes qui ont participé à ce projet :

« Betty utilise maintenant un cadre de marche muni d'un support d'avant-bras et on a installé une barre d'appui près de son lit. Elle peut maintenant se déplacer de façon sécuritaire dans son appartement et elle n'a fait aucune chute depuis qu'elle a reçu son nouvel équipement. »
Bailey Drennan, physiothérapeute

« L'installation d'un lève-personne fixé au plafond dans la chambre à coucher et dans la salle de toilette aide Joan à déplacer son fils en toute sécurité à l'entrée et à la sortie du lit et de la douche. Une situation non sécuritaire a été rectifiée, donc même si la famille est vieillissante, son fils pourra rester avec eux. »
Krista Greenwood, ergothérapeute

« L'entrée de la demeure de David a été rénovée de manière à y ajouter une nouvelle plateforme avec une balustrade et des marches de la bonne hauteur. Il se sent davantage en sécurité et il apprécie énormément la nouvelle autonomie qu'il a gagnée. »
Anthony Naccarato, physiothérapeute