CCAC Provincial Boundary Map

RECHERCHE PAR CODE POSTAL

Pour trouver votre région, entrez votre code postal.

Rechercher




Le travail social – de vrais experts pour la vraie vie

L'écoute, l'enseignement, la protection de droits sociaux, voilà quelques-unes des habiletés que les travailleurs sociaux et les travailleuses sociales déploient pour assurer le bien-être de leurs patients. Pour leur rendre hommage en ce Mois du travail social, nous sommes heureux de brosser le portrait de deux de nos travailleuses sociales.  

Julie Groulx, travailleuse sociale, Sudbury 

Julie Groulx a récemment obtenu son diplôme en travail social de l'Université Laurentienne et elle poursuit actuellement sa maîtrise. Elle travaille au CASC depuis cinq ans et demi. Sa carrière au CASC a commencé dans un poste d'adjointe à l'équipe des soins de courte durée et des soins chroniques à North Bay et à Sturgeon Falls, sa ville d'origine, ainsi qu'au service de réception, d'information et d'aiguillage à Sudbury. Depuis six mois, Julie donne suite à sa passion pour le travail social au sein de notre organisme. « Toute ma vie, j'ai toujours été une aidante, dit Julie. Quand on m'a fait connaître la profession du travail social, j'ai senti que c'était là où je devais être! » 

Julie croit que ses réalisations découlent des succès de ses patients. « Ce que j'aime le plus, c'est quand mes patients ont un moment de prise de conscience qui transforme leur monde tout à fait, dit-elle fièrement. C'est incroyable de voir une personne en arriver à s'aimer soi-même et à sentir qu'elle a de la valeur. » Julie considère qu'un des avantages de son travail au CASC du Nord-Est est la possibilité de venir en aide aux patients dans leur propre domicile. « Quand une personne reçoit un diagnostic de maladie, elle perd beaucoup de contrôle sur sa situation, explique-t-elle. Lorsque je vais rencontrer les patients chez eux, ils se sentent beaucoup plus à l'aise, ce qui les aide à s'ouvrir éventuellement, donc on atteint plus souvent des moments transformateurs. » 

Dans la profession du travail social, selon Julie, il y a un équilibre entre la théorie et la pratique. « Les théories du comportement humain que j'ai apprises à l'université m'ont beaucoup aidée à comprendre mon rôle comme travailleuse sociale, mais c'est une tout autre histoire quand tu essaies de mettre ces théories en pratique sur le terrain, admet-elle. Le travail social, c'est vaste et c'est personnel – c'est tout ce que nous sommes individuellement. Les valeurs auxquelles nous croyons nous aident à définir le genre de travail social que nous pratiquons. » 

Kim Christianson, travailleuse sociale, Sault-Sainte-Marie 

Kim Christianson a choisi de faire carrière en travail social par accident. « Je poursuivais un baccalauréat en science politique lorsqu'une de mes collègues de classe m'a fait connaître le travail social et aussitôt, j'y ai pris intérêt, raconte Kim. J'ai commencé à faire du bénévolat dans un refuge pour femmes et le reste est tombé en place tout naturellement. » 

Ayant obtenu son diplôme en travail social à l'Université de Windsor et ayant travaillé dans le domaine du counseling communautaire et des soins de longue durée, le CASC du Nord-Est (qui s'appelait à l'époque le Centre d'accès aux soins communautaires d'Algoma) lui a semblé être l'endroit idéal où poursuivre sa carrière. « Ce qui me plaisait particulièrement au CASC du Nord-Est, c'était l'occasion de travailler auprès d'une population diversifiée qui affronte des défis variés et de faire partie d'une équipe interdisciplinaire au sein d'un organisme en expansion. » 

Après 22 ans dans cette profession, Kim reconnaît que les choses ont beaucoup changé, surtout ces dernières années. L'époque des rapports rédigés à la main est révolue et elle passe beaucoup moins de temps en réunion avec ses coéquipiers pour discuter de son rôle et de ses buts dans son travail avec ses patients. « Aujourd'hui, mes collègues peuvent lire mes notes en ligne dans le notre système d'information sur les dossiers de santé des clients, examiner mes rapports électroniques et consulter mon agenda pour voir où et quand je rencontre des patients qu'ils suivent eux aussi, dit Kim. J'ai aussi réglé mon iPhone de manière à synchroniser mon agenda et mes courriels, ce qui rend ma pratique beaucoup plus efficace. Même si je me sens comme un dinosaure face à la technologie, je ne suis pas une espèce en voie de disparition! » 

La profession du travail social comprend beaucoup de moments propices à l'enseignement pour les patients, mais elle apporte aussi beaucoup d'occasions d'apprentissage au personnel de la profession. « Mon rôle en aidant les patients à s'ajuster au changement dans leur vie m'a aidé à reconnaître mes propres forces et limites et à savoir qu'il n'y a rien de mal à demander de l'aide s'il le faut, explique Kim. J'apprécie d'autant plus les ajustements que mes patients subissent, que ce soit par rapport à leur santé ou à leur environnement ou dans leur adaptation lorsqu'ils subissent une perte. »​